Presse

Ces corps sous la couleur : Monia Touiss, Abdelaziz Haounati, Salah Benjkan et Issam El Ouardassi

05 Octobre 2020 | Par Mohamed Ameskane | Sortirmag.ma

Monia Touiss, Abdelaziz Haounati, Salah Benjkan et Issam El Ouardassi. Quatre artistes de la scène nationale à l’accrochage inaugurale du nouvel espace artistique, Alyss’art Gallerie. A ne pas rater « Ces corps sous la couleur », du 14 septembre au 28 octobre 2020.
Dans les parages du Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain se sont créés des espaces, inspirés de son installation ou dédié à l’art. Je pense au café Museum, à l’hôtel du musée, aux galeries Kulte, le Cube et enfin Alyss’art. Cette dernière est le fruit de l’imaginaire de l’artiste Issam El Ouardassi. Il en a conçu l’architecture, l’aménagement et les meubles. Un design minimaliste qui met en valeur les œuvres. Au rez-de-chaussé de la rue Benghazi, à deux pas de la Place MoulayHassan, toujours appelée hélas Pietri, s’est ouvert le nouveau lieu indépendant dédié à la création, à la production et au développement des pratiques artistiques modernes et contemporaines. Il se veut aussi espace culturel ouvert à toute activité musicale et littéraire, ainsi qu’une résidence de création. Pour son baptême de couleurs, il nous convie à l’appréciation des œuvres de quatre artistes aux différents parcours et choix esthétiques.

Exposition : des corps sous la couleur à Alyss’art

23 septembre 2020 | Par Mohamed Nait Youssef | albayane.press.ma

Alors qu’actuellement le secteur des arts plastiques est touché de plein fouet, le jeune artiste peintre et galeriste, Issam  El Ouardassi s’est aventuré dans ce nouveau projet où il expose jusqu’au le 28 octobre prochain quatre palettes issues de différentes écoles et sensibilités artistiques. En effet, cette première exposition, placée sous le thème ‘’ces corps sous la couleur’’ ouvrant  le bal  des activités, Alyss’art donne à voir les quatre univers plastiques des artistes Monia Touiss, Abdelaziz Haounati, Salah Benjkan et Issam El Ouardassi.

Le figuratif est de retour.

18 septembre 2020 | Par R. K. Houdaïfa | Fnh.ma

L’art figuratif peut être, en toute sorte, la représentation interprétée du monde réel ? De fait, le portrait donne à chacun accès à sa propre image, contribue à la reconnaissance de son identité dont il assure en quelque sorte la célébration sociale. Il est d’abord le mémorial par lequel les puissants enferment leur présence dans la durée. Seuls ceux qui ont pignon sur rue peuvent assouvir leur désir d’immortalité. Mouvant et évolutif, le portrait subit maintes métamorphoses au gré des écoles : le portrait italien est présenté de profil, le portrait flamand est vu de face, privilégiant le regard (exemple l’homme au turban rouge de Jean Van Eyck). Le peintre allemand Cranach détache la figure de façon ornementale sur un fond sombre (voir Portrait du duc Henri le Pieux). Rembrandt méprise la représentation fidèle et recherche la vérité intime et spirituelle du sujet grâce à sa technique du clair-obscur. Hals renonce aux images figées pour capter l’expression des yeux et des gestes. Quentin de la Tour, par son réalisme scrupuleux, aboutit à une émouvante sincérité des visages…